RETOUR

 

GRANDE ORTIE

(Urtica dioica, nettle)

Plante commune des lieux incultes dont on utilise les feuilles et les racines, de la famille des urticacées. Rhizome rampant fortement ramifié. Tige nom ramifiée de 30 à 100 cm de haut. Les tiges et les feuilles sont garnies de poils dont le contact est irritant et provoque l’apparition sur la peau de vésicules blanchâtres.
L'ortie est un excellent dépuratif les jeunes pousses sont consommées au printemps comme fortifiant ou légume. Elle est recommandée en cas rhumatismes, arrête les saignements de nez ou des plaies elle combat l'asthme, le rhume des foins et les allergies.

Fleurit

De juin à octobre.
En infusion

 250 g de feuilles fraîche pour 1/2 litre d'eau bouillante laisser infuser 12 heures puis buvez froid.
En décoction

Séchez les feuilles à une température inférieure à 60°. La couleur des feuilles ne doit pas changer au cours de la dessiccation.

Une poignée de racines coupées pour un litre d'eau faire bouillir 10 minutes, à boire en deux jours.
Une cuillère à café de feuilles dans une tasse d'eau bouillir puis infuser 10 minutes une tasse avant chaque repas.
Le suc obtenu en écrasant la plante est un remède contre les saignements internes en prendre 50 gr à 100 gr par jour.
Très revitalisant mélanger les feuilles coupées fins dans la salade et les crudités, se servir des feuilles sèches réduites en poudre sur les plats pendant l'hivers.

Que contient-elle

Des tanins, de la silice, de l’acide formique (dans les poils urticants) et d’autre acides, du mucilage, une cire, de la provitamine A, une assez grande quantité de vitamine C, du phytol, de l’acétylcholine et de l’histamine (dans le poils urticants).

Indication

La grande ortie s’emploie dans les affections des vois urinaires et respiratoires, les catarrhes stomacaux et intestinaux avec coliques, le rhumatisme articulaire, le diabète et d’autres dérèglements du métabolisme.

Les jeunes pousses finement hachées fournissent une salade délicieuse et les jeunes plantes (pas plus de 25 cm de haut) un excellent potage.

Autrefois on emballait le beurre et la viande dans des feuilles d’orties pour les conserver plus longtemps au frais.

Une macération alcoolique de racines d’ortie (surtout associées à la violette odorante, l’yèble et la bardane) est prescrite comme lotion pour le cuir chevelu, favorisant la croissance des cheveux.

 

RETOUR

J.L